MANIPULATION ET VIOLENCE FAITE AUX AÎNÉS : UN CAS DOCUMENTÉ – Stéphane Migneault, psychologue

MANIPULATION ET VIOLENCE FAITE AUX AÎNÉS : UN CAS DOCUMENTÉ

Laissez-moi vous raconter l’histoire d’Odette (pseudonyme), une femme témoin de la violence exercée par sa belle-mère envers son père vieillissant. Vous découvrirez le contrôle et la manipulation auxquels la belle-mère a, malheureusement, eu recours.  

MOTIF DE CONSULTATION : DES CAUCHEMARS RÉCURRENTS

Professionnelle à la retraite, Odette faisait depuis quelques mois deux cauchemars récurrents et angoissants. Dans le premier cauchemar, son père - décédé depuis quelques années - se trouvait à peine vêtu dans une tente en période hivernale. Dans le second rêve, il habitait une maison aux pièces dégarnies. Ces deux cauchemars présentaient trois points en commun: 1) le père d’Odette était amaigri, incapable de parler et incapable quitter son lit, étant affaibli; 2) la belle-mère (conjointe de son père) ne s’occupait pas de lui mais le surveillait; 3) Odette essayait d’emmener son père avec elle, mais celui-ci refusait; elle se sentait complètement impuissante face à son refus. Ces cauchemars survenaient trois ou quatre fois par nuit à raison de quatre nuits par semaine environ. Odette se réveillait angoissée de ces cauchemars avec une douleur à la poitrine et de la difficulté à respirer. Déterminée à se libérer de ses cauchemars, elle décida d’entreprendre une psychothérapie.

UNE BELLE-MÈRE MANIPULATRICE?

À la première séance, Odette m’a raconté les deux cauchemars récurrents. Elle m’a exposé ensuite son vécu par rapport à sa «belle-maman».

Il y a une vingtaine d’années, le père d’Odette s’était remarié avec une dame: Lucille. Il avait vécu une douzaine d’années avec elle. Durant les premières années, Odette entretenait une relation cordiale avec sa belle-mère. Cependant, quelques années plus tard, Odette a commencé à s’inquiéter de son père. En effet, elle s’est aperçue que la belle-mère isolait son père des amis de ce dernier. Elle s’est aussi rendu compte que sa belle-mère tentait d’éloigner les petits-enfants de son père, cela en parlant en mal d’eux (diviser pour mieux régner).

Un jour, alors qu’elle était en visite chez son père, Odette a surpris une conversation téléphonique troublante entre Lucille et une amie de cette dernière. Au téléphone, Lucille révélait sa jalousie et dénigrait Odette ainsi que son frère cadet. Par exemple, la belle-mère a dit ceci: «Je n’ai rien pour moi… Il ne me laissera rien! La fille chérie de son papa chéri… Il fait tout ce qu’elle veut; il fait des choses avec elle qu’elle qu’il ne fait pas avec moi.» Odette était troublée, voire horrifiée.

La « belle-maman » a souvent fait l’objet de discussion entre Odette et son frère. Tous les deux avaient noté certains comportements, notamment les tentatives de contrôle.

LE CONTRÔLE EN ACTION

Odette et son frère trouvaient qu’il était de plus en plus de difficile de passer du temps seuls avec leur père: Lucille était toujours là et tenait à les accompagner lors d’activités. Aussi, elle répondait à la place de leur père quand ils lui posaient une question; leur père était pourtant capable de répondre. Ma cliente avait le sentiment que Lucille essayait d’exercer un contrôle.

Un jour, Odette a fait part de ses inquiétudes à son père: «Papa, je pense que tu es en train de te faire manipuler». Celui-ci lui a assuré qu’il avait le contrôle... Odette en doutait. Elle n’osait pas intervenir davantage. Elle craignait en fait que son père écope de ses tentatives pour prévenir et protéger son père. Détail important: il était vieillissant et, dans une certaine mesure, il dépendait de plus en plus Lucille.

 Autre aspect troublant: son père a changé trois fois son testament dans les six années avant son décès; or il éprouvait de plus en plus de la confusion et des problèmes de mémoire.

UNE MANIPULATION ET UNE VIOLENCE DE PLUS EN PLUS ÉVIDENTES

Moins de deux mois avant son décès, le père d’Odette a été hospitalisé dans un centre hospitalier. La belle-mère tentait de dissuader Odette de visiter son père: «Ne viens pas visiter ton père. Ça ne vaut pas la peine, il va bien.» Odette a quand même visité son père deux fois et a subi l’accueil très froid de sa belle-mère (changement d’attitude). Son père a été, par après, transféré dans un centre de soins de longue durée. La belle-mère continuait ses tentatives d’éloigner Odette de son père, notamment par le mensonge: «Ne viens pas au centre; il n’y a pas de stationnement. Et ton père va très bien.» Or quelques jours plus tard, l’infirmière a appelé Odette pour l’informer de l’état critique de son père... Odette s’est empressée de retourner le voir. Il n’allait pas bien: il était confus, amaigri et incapable de sortir du lit, vu son étant d’affaiblissement. Heureusement, à son arrivée, elle a eu droit à un merveilleux sourire et à une accolade chaleureuse de la part de son père.

LA DÉCOUVERTE DU POT AUX ROSES…

Pendant la journée passée avec lui, il a failli mourir à la suite d’une défaillance cardiaque. Lucille a dit ceci: «Même si ton père se rétablissait, je ne le ramènerais pas à la maison.» Odette a alors eu l’intuition que la belle-mère avait réussi à atteindre son but: la modification du testament, à son avantage. Deux jours plus tard, le père d’Odette décéda. L’intuition d’Odette s’est confirmée à la lecture du dernier testament rédigé trois mois avant le décès. Que disait le testament? La belle-mère était la seule héritière. Rien n’avait été légué aux enfants ni aux petits-enfants.

Pour Odette, cette situation était inconcevable vu la bonne relation qu’il avait eu avec les enfants et même avec les petits-enfants. Convaincue que son père n’était pas pleinement lucide lors de la rédaction du testament, elle a entrepris plusieurs démarches juridiques pour faire invalider le testament. Malheureusement, ses démarches ont avorté. Odette a dû se résigner malgré elle, n’étant plus capable de gérer ce stress.

La belle-mère avait donc réussi à atteindre son but, et ce, aux dépens des autres.

LE TRAITEMENT DES CAUCHEMARS POST-TRAUMATIQUES

Étrangement, les cauchemars récurrents d’Odette ont commencé seulement sept ans après le décès de son père. Elle ignorait le déclencheur des cauchemars. Cependant, selon elle et selon moi, ces cauchemars étaient de toute évidence liés aux agissements antérieurs de la belle-mère. J’ai alors proposé à ma cliente de travailler en psychothérapie au moyen de l’IMO (intégration par les mouvements oculaires) sur le thème de la «belle-maman». Lors de la séance d’IMO, Odette a pu intégrer («digérer») son expérience négative associée aux manigances de sa belle-mère.

Deux semaines après le premier traitement, j’ai revu ma cliente. Les souvenirs associés à la belle-mère ne provoquaient plus d’anxiété comme c’était le cas auparavant. Bonne nouvelle: les cauchemars avaient cessé. Élément clinique intéressant: quelques nuits après le traitement IMO, Odette a fait un nouveau rêve: la belle-mère reprochait à Odette l’achat de souvenirs de voyage; le frère d’Odette a répondu à la belle-mère sur un ton sarcastique: «Ma sœur a fait ça pour mieux se faire arnaquer!» Odette était ressortie de ce rêve avec le sentiment d’être gagnante plutôt que victime; elle s’était sentie défendue et soutenue dans le rêve et n’avait éprouvé aucune angoisse. Lors de suivis ultérieurs, la cliente a confirmé le maintien des progrès.

Aujourd’hui, à l’occasion, Odette rêve de son père. Les rêves sont désormais tout autre: elle se voit soit jardiner soit pêcher avec lui; il est lucide et en santé; la belle-maman, au grand bonheur d’Odette, est absente de ses rêves!

LES COMMENTAIRES DU PSY

La belle-mère semble bien avoir employé de nombreuses tactiques de manipulation, notamment exercer un contrôle (surveillance exagérée), dénigrer et mentir pour isoler son conjoint de l’entourage et atteindre son but (devenir héritière). Élément étonnant et paradoxal: le père de ma cliente semblait nier cette manipulation. La psychologue Isabelle Narare-Aga, auteure du livre Les manipulateurs sont parmi nous, rappelle que nombreux sont ceux qui n’ont pas conscience d’être manipulés. Pourquoi? À cause de notre méconnaissance du phénomène de la manipulation et en raison de son aspect subtil, parfois invisible.

Concernant les comportements de la belle-mère, on ne peut  seulement parler de manipulation. Plusieurs indices nous porte à croire que la belle-mère a commis plusieurs types de maltraitances: psychologique, financière et violation des droits.

Les manigances de la belle-mère ont eu des impacts sur plusieurs personnes: sur le père de ma cliente bien entendu, mais aussi sur ma cliente elle-même, son frère, les amis et petits-enfants de l’aîné. Dans le cas de ma cliente, elle a souffert de cauchemars angoissants de toute évidence liés aux agissements de la belle-mère.

RESSOURCES D'AIDE

Vous êtes témoin de maltraitance commise à l’endroit d’une personne aînée? L’organisme Aide Abus Aînés peut vous offrir de l’écoute et de l’information, que vous soyez intervenant, proche aidant ou membre de la famille de la personne maltraitée. Pour en savoir plus sur les manipulateurs, je vous recommande le livre de la psychologue Isabelle Nazare-Aga: Les manipulateurs sont parmi nous (Éditions de l’Homme). Si vous souffrez de séquelles psychologiques liés à de la violence ou de la manipulation, alors l'IMO (intégration par les mouvements oculaires) fait partie des approches pouvant, potentiellement, vous aider.

Stéphane Migneault

Stéphane Migneault est psychologue. Il pratique la psychothérapie en bureau privé à Québec. Désireux de contribuer à la prévention des problèmes de santé psychologique, il anime des conférences et ateliers en entreprises, des colloques et des congrès. Il offre aussi de la formation et de la supervision clinique à des professionnels de la santé mentale (psychologues, travailleurs sociaux, sexologues, psychoéducateurs, etc.). Enfin, il a collaboré à l’écriture de deux ouvrages collectifs : Fibromyalgie, quand tu nous tiens! et Fibromyalgie : carnets pratiques. Vous pouvez le suivre sur Facebook et sur LinkedIn. Comme conférencier et auteur, il est apprécié pour sa simplicité, son professionnalisme et l’utilité de ses conseils.

>