INSCRIVEZ-VOUS gratuitement à mon INFOLETTRE trimestrielle. Vous recevrez un PDF sur l'anxiété et ses racines. Entrez ci-dessous votre adresse de courriel:

Courriel:

Nicolas, un ambulancier qui a peur d’échouer

 

Nicolas est un ambulancier âgé de 40 ans. Il est en arrêt de travail depuis un an à cause d’un état de stress post-traumatique. Ce trouble a été traité avec succès durant les dernières semaines. Sa santé psychologique s’améliore, et il commence de plus en plus à envisager un retour au travail. Il éprouve cependant une crainte envahissante face à l'avenir: celle ne pas réussir la mise à niveau qui lui sera sans doute exigée lors du retour au travail. Afin de réduire cette peur, je propose au client une technique aussi avant-gardiste et qu’efficace : l’EMT.

Qu’est-ce que l’EMT?

L’EMT implique l’utilisation de stimulations bilatérales rapides, principalement des tapotements en alternance sur les genoux du client alors qu’il se concentre sur un problème. Les séries de tapping durent 2-3 minutes chacune. Dérivée de l’EMDR, l’EMT permet de réduire l’intensité des émotions négatives associées au problème et, chose intéressante, de dédramatiser la situation. Le mécanisme d’action? Une des hypothèses : les tapotements stimuleraient les hémisphères cérébraux en alternance et modifieraient alors l’activité de certaines zones du cerveau (régulation à la baisse de l’amygdale et intégration de la fonction corticale supérieure).

 

Cheminement du client

Le client et moi avons formulé le problème cible comme suit : « S’il fallait que je ne réussisse pas la mise à niveau lors du retour au travail. »  Ce scénario suscitait en lui de la peur qu’il évaluait à 8 sur 10 en intensité; dans son corps, il ressentait une tension générale.

Au cours de la 1re série de tapping bilatéral, il a ressenti du stress et de la peine. Il s’est vu en formation, pratiquer sur des mannequins. Physiquement, il a ressenti quelques palpitations.  Au terme de cette première série, son stress était aussi intense qu’au début.

Pendant la 2e série, il a ressenti du stress. « Ça a brassé dans le ventre », a-t-il ajouté. L’image de lui, au travail, est devenue plus floue, plus vague dans son esprit. Aussi, une pensée a monté à sa conscience : « Ça n’arrivera pas (échouer la mise à niveau)! » Sa peur avait commencé à diminuer. Nicolas l’évaluait intense à 5 sur 10.

Au cours de la 3e série, il a eu la même sensation dans le ventre, mais atténuée. Une pensée lui est venue à l’esprit : « Si je ne réussis pas la mise à niveau, il ne sera jamais trop tard pour faire autre chose (changer d’emploi). » Une autre pensée a suivi : « Mais ça n’arrivera pas (un échec). ». Sa peur avait encore diminué : 2,5 sur 10.

Pendant la 4e série, de nouvelles pensées ont surgi : « C’est peu probable que j’échoue à la mise à niveau. J’ai toujours réussi mes examens. Je n’ai jamais reçu de plaintes. Je n’ai jamais fait de dérogations à des protocoles. » Sa sensation au ventre était faible en intensité. La peur s’était presque évaporée : 0,5 sur 10.

Avec l’accord du client, nous avons effectué une 5e et dernière série. Au cours de celle-ci, une question lui est venue en tête : « Mais pourquoi ai-je eu cette idée que je ne serais pas capable? Je ne suis pas négatif d’habitude ni défaitiste devant les défis. » Sa peur se situait en intensité autour de 0 et 0,5.

Nous avons effectué un bilan de la séance d’EMT. Nicolas constatait dans son esprit l’adoption d’une perspective plus positive qu’au début par rapport à la mise à niveau à venir. Il était convaincu qu’elle se déroulerait bien. Il voyait que sa peur s’était dissipée. Il avait à présent confiance de pouvoir faire face à son retour au travail.

J’ai demandé au client avec quelle pensée il aimerait conclure la séance. Il a dit : « La mise à niveau va bien aller. » Je lui ai suggéré une version modifiée : « Je vais réussir la mise à niveau ». Il était pleinement d’accord. J’ai exécuté une courte série de tapping pendant laquelle il se concentrait sur cette pensée positive. Il est reparti de la séance calme, satisfait et libéré d’une appréhension qui l’empêchait de bien profiter de son arrêt de travail.

 

Comment trouver un professionnel utilisant l’EMT?

À ce jour, j’ai enseigné l’EMT à des centaines de professionnels (Québec, Nouveau-Brunswick). Plusieurs d’entre eux travaillent à leur compte, en bureau privé. Pour consulter le bottin des thérapeutes formés à l’EMT, cliquez ici.